Posté le 15 novembre, 2012

Champion

Posté sous la page 2011/2012


« Pendant que Chelsea battait le Bayern, l’autre outsider des grandes finales de la soirée s’imposait au bout d’un suspense haletant et ce dès la prolongation (32-31) !

Un match à l’image de cette belle saison, avec un groupe capable du pire… et du meilleur ! Attention car autant d’inconstance risque de se payer très cher en prénat la saison prochaine… Mais savourons notre bonheur et ce titre d’Excellence ramené aux Brèques avec de belles valeurs de solidarité et d’abnégation qui ont fait que quand on a joué vraiment ensemble cette saison, on était « intouchables » à ce niveau… Remonter en moins de 20 minutes 10 buts à Rouen, leader incontesté de l’autre poule, invaincu sur la saison régulière avec +166 de goal-average ( !), il fallait un mental à toute épreuve. Sachons nous en souvenir mais rappelons nous aussi de notre première mi-temps calamiteuse, notamment en défense et au repli défensif.

Après un début de match équilibré où nous ne sommes pas en réussite, la défense rouennaise et son gardien prennent clairement l’ascendant sur nos attaquants. Malheureusement, de l’autre côté, c’est opération portes ouvertes et Rouen récite un handball propre à défaut d’être génial. Le score enfle alors à vitesse grand V et à la mi-temps, on parle de relever la tête et de ne pas finir ridicules…

Le début de 2ème n’est toujours pas à notre avantage, mais nous résistons tant bien que mal… A 20 minutes de la fin du match, Rouen mène de 10 buts (15-25), et il n’y a plus grand monde dans la salle pour croire en nos chances ! Ah, si, les filles du Chemin-Vert, exemplaires dans leur soutien inconditionnel ! Un premier écart est comblé (5-0), et l’on se dit que tout est possible ? La défense élève clairement son niveau de jeu, sous l’impulsion de… Julien Sabot, et oui vous ne rêvez pas, qui demande bientôt à sortir et à user du défibrillateur… Tout le monde se met au diapason et l’attaque rouennaise est asphyxiée, Simon dans les cages commence son festival. Et les mouches ont changé d’âne !!! On recolle sans paniquer, jusqu’à arracher la prolongue à des rouennais médusés. Temps-mort à moins de 2 minutes de la fin, consignes respectées scrupuleusement, et résultat immédiat : les 2 buts qui nous manquaient !

A ce moment, on sait quasiment qu’on a gagné. On passe un 2-0 à Rouen, il faut tenir, et on tient !

Bien sûr le manque de rotations a été préjudiciable à Rouen, mais cela restait 2 équipes qui s’affrontaient pour un titre ! Dans ce cas là, on ne parle pas des absents ou de la profondeur du banc… Et à ce jeu, c’est bien Courseulles qui a gagné !

Mais non mais non Courseulles n’est pas mort… »
Olivier B

Be Sociable, Share!

1 173 views